Florithérapie, faire face à la maladie.

Florithérapie, faire face à la maladie

Connaissez-vous les fleurs de Bach ? Peut-être avez-vous déjà pris du Rescue ? 

La florithérapie consiste à prendre soin de soi par la prise d’élixirs floraux, qui sont des préparations élaborées à partir de fleurs sauvages, utilisant la mémoire de l’eau. 

On en trouve facilement dans les pharmacies ou les magasins bio, mais il n’est pas si facile de bien les connaître et bien les utiliser… Laissez-moi donc vous en dire quelques mots !

Pour la petite histoire :

Les fleurs de Bach s’inscrivent dans la continuité des travaux de tous ceux qui ont étudié la nature pour soigner (Hippocrate, Paracelse, Goethe, Hildegarde de Bingen, Hahnemann).

Dans les années 30, le docteur Bach, médecin homéopathe anglais met au point 38 élixirs floraux. Il s’intéresse aux causes des maladies, et se concentre sur les émotions des patients.

Pour lui, il est important de nommer et de reconnaitre ses états émotionnels et d’apprendre à se connaître soi-même pour guérir.

Il utilise ses 38 fleurs comme outil de rééquilibrage émotionnel et de développement émotionnel.

Des années 60 à aujourd’hui, la recherche continue un peu partout dans le monde pour élaborer d’autres élixirs floraux, contemporains, pour s’ajuster au mieux aux émotions et aux besoins de notre temps (en Australie, Californie, Amérique du Sud et France).

C’est dans une démarche d’être au plus près de la nature, de ce qu’elle a à nous apporter que je me suis intéressée aux Fleurs de Bach. C’est dans ce même esprit que j’ai adoré découvrir les élixirs contemporains, qui sont tout simplement les fleurs qui nous entourent, nos fleurs de tous les jours : pissenlit, lilas pâquerette, poirier ou zinnia, tout près de nous pour nous offrir le meilleur.

Pour quoi ?

Les émotions sont inscrites dans notre organisme. Leur expression nous indique nos déséquilibres et nous mettent en mouvement. 

A chaque fleur correspond un état émotionnel. La florithérapie permet d’accueillir nos émotions pour agir (catalyseur, harmonisant) au lieu de réagir.

Les élixirs floraux, bien choisis, nous aident à nous recentrer et à trouver en nous les ressources pour évoluer. C’est donc un moyen naturel de prendre soin de soi.

Important ! Les élixirs floraux ne présentent AUCUNE interaction médicamenteuse

Cela ne peut en aucun cas se substituer à un traitement médical, mais peut être une aide complémentaire précieuse.

Des études scientifiques ont été effectuées pour prouver l’efficacité des élixirs floraux à soutenir des maladies, telles que le diabète et l’hypertension, études que vous pouvez consulter à mon cabinet.

Et dans la démarche Oncoressource ?

Nous pouvons agir à 3 niveaux de soins possibles :

-Au niveau de l’émotion intense, urgente, due à la situation,

-Au niveau de l’intégrité du corps physique,

-Au niveau de l’alignement tête-corps-cœur.

Au niveau de l’émotion intense :

C’est le propre de l’émotion de nous traverser le corps (ex-movere), de nous « mettre dans tous nos états », de marquer physiquement ce que nous percevons d’une situation. 

Ruminations perpétuelles, inquiétudes pour les proches, peur de mourir, tristesse, panique… peuvent être fortement ressentis au contact de la maladie.

Ces émotions sont à accueillir, puisqu’elles nous donnent de précieuses informations sur nous-mêmes, et elles sont à accompagner. Les élixirs sont alors un formidable outil issu de la nature pour 

-passer la crise,

-puiser la force,

-retrouver ses capacités d’analyse,

-trouver du réconfort et s’apaiser,

et ainsi redevenir sensible et capable d’utiliser ses capacités internes.

Le composé d’urgence, le Rescue, trouvera toute son efficacité dans ces moments, mais je pense aussi au châtaignier (reprendre courage), à l’ajonc (pour l’abattement), au tremble ou à l’hélianthème (pour la peur) et à tant d’autres encore en fonction des besoins de chacun.

IMG_20200409_130130.jpg

Au niveau de l’intégrité du corps physique :

Les fleurs de Bach ont été élaborées dans les années 30, je le disais plus haut, et fort heureusement, les élixirs floraux se sont enrichis de nouvelles fleurs depuis, correspondant plus à notre monde contemporain, et certains agissant plus directement sur la sphère physique.

Dans les élixirs floraux DEVA, je pense à l’achillée blanche qui protège des ondes, en particulier lors des séances de radiothérapie. Quelle fleur précieuse ! Mais aussi l’échinacée qui restaure l’intégrité,  le lilas pour les douleurs dorsales, ou le pissenlit pour les tensions corporelles, la pensée qui travaille sur l’immunité…

Au niveau d’un recentrage sur soi-même :

Les élixirs floraux ne sont pas un apport, un médicament extérieur, mais une information vibratoire de la plante, qui rentre en résonance avec nos propres vibrations, nous remettant en route, réunissant nos propres ressources pour avancer dans la vie. 

Réaliser ce recentrage, aligner ses émotions, c’est forcément devenir plus fort pour lutter contre la maladie, et lui laisser moins de place.

Edward Bach osait dire : « Guéris-toi toi-même » …

Une consultation en florithérapie, c’est donc, au travers d’un échange, d’une discussion, pouvoir agir sur un ou plusieurs de ces plans, gérer l’urgence, et/ou se donner les moyens d’évoluer malgré les freins du moment.

C’est soulager les émotions fortes, et aussi mieux s’aimer, et fortifier son Moi !

Lors d’une consultation, nous prenons le temps de découvrir les besoins du moment pour élaborer un flacon personnalisé de quelques fleurs parmi les 130 à notre disposition.

Le traitement consistera à prendre son composé (flacon spray) 4 fois par jour. Et les bienfaits se feront bien vite ressentir !

logo fil des fleurs.jpg

Pour qui ?

La démarche d’Oncoressource est précieuse car elle s’adresse non seulement au malade, qui vit une période noire et profonde, mais elle s’adresse aussi à l’après, quand la tempête se calme, un peu, 

mais que l’on a alors le temps de réaliser ce qui s’est passé et que les blessures de la tempêtes (âme et corps) restent encore à panser/penser…

Je suis très sensible au fait que les propositions de soins s’adressent aussi aux accompagnants, car la tempête de la maladie secoue tout un équilibre, tout un univers, et il est primordial de soutenir ceux qui soutiennent. Les accompagnants peuvent vite s’oublier, s’épuiser, se désaxer vers l’autre à aider.

Les élixirs peuvent alors puissamment permettre aux aidants de rester centré, afin d’assurer la personne malade d’un équilibre plus fort.

Je finis en vous proposant une dernière phrase du merveilleux Docteur Bach :

« Pour ceux qui sont malades, la tranquillité d’esprit et l’harmonie avec l’âme sont la plus grande aide à la guérison. »              Docteur Edward Bach

En souhaitant que ces quelques mots aient aiguisé votre curiosité vers le monde merveilleux des fleurs !

Novembre 2020

Maëlle Angeron, Florithérapeute

1rue Anjela Duval- 35470 Bain de Bretagne

06 81 64 56 25 / floritherapeute@gmail.com

www.au-fil-des-fleurs.fr

Related Articles

Produits solaires : quelle action face au cancer ?

D’une part on ne cesse de nous rappeler l’importance de la crème solaire pour protéger notre peau et notre santé, d’une autre des chercheurs découvrent que certains des ingrédients contenus dans les produits solaires traversent la peau et deviennent toxiques pour notre santé. Comment être rassuré avec une liste d’ingrédients qui ne semble pas faite pour être lue tellement les mots sont petits ? Et si les crèmes étaient plus dangereuses que le soleil lui-même ? Faut-il choisir de ne pas se protéger ou de se protéger, si tous les deux présentent des risques pour notre santé ?

“J’écris pour agir”

Dans les différents livres et témoignages que j’ai pu lire, je me suis apperçue d’une constante : les personnes qui écrivent sont des personnes qui donnent une impression de maîtrise sur les choses, ou à défaut, d’une vue éclairée : le capitaine à bord d’un bateau tient son journal, les différentes personnes importantes au cours de l’histoire tiennent toutes leur journal !

Raisin et Cure de Raisin

Symbole de l’automne, les vertus du raisin ont traversé le cours de l’histoire, de l’antiquité à nos jours. Le raisin est un des plus vieux fruits que l’on connaisse. On en trouve des traces à l’ère tertiaire, dans la mythologie gréco-romaine, en Asie mineure, chez les Gaulois, puis à la table du roi Louis XIV. Il aime les climats chauds et tempérés. De teinte jaune à rouge, en passant par bleu violacé, il se décline en muscat, chasselas, italia, lavallée, pineau petit gris, moscatel… C’est un des fruits les plus consommés ; le deuxième après les agrumes.

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils